Tangata Emploi : présentation par les co-fondatrices

Sep 16, 2021 | Évènement

Le 1er juin 2021, Tangata Emploi donnait le coup d’envoi de son événement 100% digital #TangataTahi pour l’emploi des personnes en situation de handicap avec 3 tables rondes.

Retrouvez la vidéo de présentation et sa retranscription ci-dessous :

PRESENTATION DE TANGATA EMPLOI

Avec Eloi Choplin, Sophie Bertrand-Lambert, Emmanuelle Fenard et Sylvain Paillette. 

Eloi Choplin : Bonjour à toutes et à tous ! 

Aujourd’hui nous allons parler d’inclusion, de diversité, de fiabilité, de qualité, de confiance, de simplicité, d’impact social, de reconnaissance de nos singularités, de relation, de lien et de co-construction. Nous allons questionner ce que nous sommes, ce qui façonne notre savoir-habiter et notre faire-ensemble à travers l’exploration de sujets fondamentaux. Nous allons aborder des chiffres aussi comme le seuil des 6% de travailleurs handicapés dans une entreprise. Nous n’oublierons pas que 85% de handicaps ne sont pas visibles, que tous les métiers peuvent être exercés par une personne en situation de handicap car cela n’empêche ni la compétence, ni la qualification pour un poste.

Mais au fait, c’est quoi un handicap ? Constitue un handicap, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. C’est l’article 14 de la loi du 11 février 2005. 

En 2020, la France compte près de 12 millions de personnes en situation de handicap dont 18% sont au chômage, 18% c’est le double de la moyenne nationale. Quasiment 3 millions de personnes en handicap sont en âge de travailler et je ne parle que des personnes qui sont bénéficiaires d’une reconnaissance administrative d’un handicap ou d’une perte d’autonomie. 

Aujourd’hui, nous allons poser sur la table une série de réflexions, de mots-clés, de perceptions à travers des dialogues que nous réaliserons ensemble, avec vous, avec vos questions, vos témoignages du terrain, vos illustrations du quotidien. Nous allons d’abord parler avec les fondatrices de Tangata Emploi, organisatrices de cette journée, puis nous parlerons sensibilisation, inclusion et enfin maintien dans l’emploi à travers trois tables rondes. 

Évidemment, vous pourrez retrouver rapidement l’ensemble de nos dialogues, des échanges, des questions abordées sur le site de Tangata Emploi et sur toute sa toile sociale. Respirez, respirons, on est bien, on y va ! Après ça. 

[Transition]

Eloi Choplin : Sophie Bertrand-Lambert, vous êtes responsable du développement stratégique et co-fondatrice de Tangata Emploi. Emmanuelle Fenard, vous êtes business mentor et co-fondatrice de Tangata Emploi. 

Merci de nous recevoir, parce que si nous sommes réunis pour parler de ces sujets clés c’est grâce à vous. Pour remettre un petit peu de contexte, ça veut dire quoi Tangata ?

Emmanuelle : en Maori on dit Tangata Waikaha, “ceux qui ont une force différente” pour parler des personnes en situation de handicap et on trouve ce mot tellement magique, tellement vrai, qu’on a souhaité appeler notre marketplace Tangata.

Eloi : Cette aventure, comment vous êtes-vous lancées dedans ?

Emmanuelle : Sophie et moi étions toutes deux à la direction marketing de Cardif et nous avions fait une étude auprès de nos clients qui se retrouvaient en situation de handicap après un accident ou une maladie et qui devaient subitement repenser leur vie et leur quotidien.

On s’est rendu compte que les aider financièrement c’était bien mais pas suffisant car il fallait qu’ils trouvent des solutions et ne savaient pas toujours à qui s’adresser, notamment car c’est un sujet sur lequel il y a un peu d’abus de confiance. On s’est dit qu’on pouvait avoir ce rôle de tiers de confiance. Cette idée nous trottait dans la tête, je l’ai présentée au “ People’s Lab 4 Good ”, le programme d’intrapreunariat de BNP Paribas. J’ai été retenue. 

J’ai développé l’idée dans le cadre de cet accompagnement en réunissant des parties prenantes, que ce soit des personnes en situation de handicap, des entreprises ou des prestataires pour essayer de comprendre ce qu’il fallait faire en priorité. On s’est lancé et  j’ai passé la main à Sophie, à qui j’ai dit : “est-ce que t’as envie de prendre ce sujet à temps plein ?”   

Sophie : Il y a eu un passage de relais, super opportunité pour moi, d’autant plus que le dossier avait été présenté chez BNP Paribas Cardif (qui a sponsorisé par l’intermédiaire de Renaud Dumora), et il y avait “Act for Impact” chez BNP Paribas Cardif qui supportait beaucoup l’initiative. Avec tous ces supports, on a pu aller dans un incubateur du groupe qui s’appelle “BivwAk!” et qui nous a permis en 6 mois en méthode AGILE de pouvoir co-construire notre solution, à la fois avec les personnes en situation de handicap et les aidants et les prestataires que nous avons interviewés pour creuser quels étaient leurs besoins. 

Notre site Tangata Loisirs, on l’a voulu inclusif : on y a intégré à la fois des services adaptés, des activités spécifiques adaptées mais également des activités grand public puisque notre volonté est de faire en sorte que tout le monde accède à tout le catalogue d’activités culturelles ou sportives qui puissent être disponibles.

Eloi : Aujourd’hui on parle de Tangata Emploi. Comment passe-t-on de Tangata Loisirs à Tangata Emploi ?

Sophie : On a lancé Tangata Loisirs et après, fort de ce premier site qui est sorti en avril 2019, on est parti battre la campagne parce que c’était la vie d’avant [ndlr : avant la crise sanitaire], il y avait encore des salons, des conférences… On a rencontré beaucoup de personnes de l’écosystème du Handicap et on a été très bien accueillies. Et la pandémie est arrivée, le confinement et donc les activités de Tangata Loisirs se sont arrêtées, car tous les centres étaient fermés.. Et puis on avait comme sujet dans notre feuille de route avec Emmanuelle de faciliter la vie des personnes en situation de handicap et l’écosystème, et leur faciliter la tâche sur les actions à mener. Il y avait les loisirs et puis ensuite il y a eu les emplois, le logement, il y a beaucoup de choses sur lesquelles on peut travailler et l’emploi était notre deuxième étape. Pendant la pandémie, pendant les premiers confinements, cela nous a permis d’accélérer notre réflexion sur la solution que pourrait être Tangata Emploi. 

Eloi : Oui c’est action-réaction, vous n’avez pas subi, vous en avez profité pour accélérer le processus. 

Emmanuelle : Exactement ! Et puis nous ne sommes pas des expertes du handicap, mais plutôt du marketing et on s’est dit que la meilleure solution était de repartir en situation d’écoute pour comprendre quels étaient aujourd’hui les plus gros freins que les entreprises rencontraient. Ces 6% qui avant pouvaient être compensés par les achats auprès d’entreprises adaptées ou d’ESAT, n’étaient finalement plus compensables de la sorte et il fallait encore plus accélérer. Les entreprises, leur difficulté c’est de se dire : “Par où je commence ? Á qui je m’adresse ? Comment je fais pour traiter toute cette demande ?”. C’est là où on a imaginé le parcours de la marketplace Tangata pour les accompagner depuis la sensibilisation, la formation, le diagnostic aussi, le recrutement, l’adaptation du poste de travail et jusqu’aux achats, parce que ça reste important et déductible.

Eloi : Et là vous êtes reparties dans une nouvelle aventure, collective toujours, encore des rencontres, une autre aventure d’incubation.

Sophie : Nous sommes reparties au “ BivwAk! ” où on nous a permis de pouvoir développer la solution, toujours en co-construction avec à la fois les prestataires qui agissent au sein des entreprises pour mener à bien toutes ces actions de sensibilisation et d’inclusion et à la fois les entreprises clientes qui sont celles à qui la solution va s’adresser pour pouvoir soit démarrer, pour celles qui sont le plus prises au dépourvue par ce changement de la réglementation, soit accélérer pour celles qui ont déjà démarré des actions.

Eloi : Donc là maintenant on a Tangata Emploi, il y a un site pilote depuis quelques jours.

Sophie : Tout à fait, oui depuis quelques jours.

Avec les prestataires et les premiers clients de la plateforme, notre souhait c’est d’échanger, c’est de pouvoir faire travailler les synergies et de toujours comprendre les besoins qui évoluent et on le voit bien avec la pandémie ! Les besoins d’avant ne sont plus forcément les besoins de maintenant et on a beaucoup progressé, peut-être plus rapidement grâce à cette pandémie et l’idée c’est que notre solution s’adapte vraiment aux besoins et pour ça on échange et on co-construit avec toutes les personnes que l’on rencontre.

Eloi : Dans les valeurs donc : la co-construction, l’écoute, mais il y en a d’autres… S’il devait y en avoir 3 ou 4 ce serait lesquelles ?

Emmanuelle : Il y a l’impact, il y a la bienveillance et le respect.

Sophie : Il y a la connexion, ce qui est important depuis le début c’est la simplification et la facilitation et c’est vraiment ça aujourd’hui notre fil conducteur pour toutes les solutions que l’on trouve. 

Emmanuelle : C’est vrai que l’on cherche aussi à faire gagner du temps et de l’argent aux entreprises qui en plus mènent une mission d’inclusion.

Eloi : Toutes tailles d’entreprises ? 

Emmanuelle : Toutes tailles d’entreprises, dès lors qu’il y a plus de 20 personnes.

Eloi :. Aujourd’hui, c’est une journée consacrée aux échanges. Qu’est-ce que vous attendez de cette journée ?

Sophie : On attend à la fois de pouvoir nous faire connaître auprès des entreprises clientes parce que la solution est là, la solution est concrète, elle peut être utilisée. Et on attend de pouvoir mettre en valeur les prestataires. Aujourd’hui il va y avoir des échanges sur les différentes problématiques. Chacun partage son expérience et la mise en valeur de ses expériences, et de tout ce que les prestataires peuvent apporter au niveau des entreprises.

Emmanuelle : Et aussi des entreprises puisqu’il y en a quelques unes qui vont venir témoigner, expliquer ce qu’elles ont mis en place, des bonnes pratiques et des difficultés. Trouver des solutions aux difficultés, on le fait toujours mieux à plusieurs !

Eloi : On peut dire que l’aventure Tangata, c’est une aventure collective. Quelles sont les prochaines étapes pour Tangata Emploi et pour Tangata Loisirs ?

Sophie : C’est de toujours faire progresser notre solution, c’est de pouvoir nous autofinancer sur cette solution. Et puis si on dégage des bénéfices – on a été reconnu start-up sociale par le Grameen Creative Lab qu’a créé le professeur Yunus, Prix Nobel de la Paix – si on arrivait à faire des bénéfices, l’idée ce serait de pouvoir réinvestir à la fois dans notre solution pour toujours qu’elle soit à la hauteur des besoins, mais également de pouvoir investir sur l’évolution des produits d’assurance parce qu’aujourd’hui, c’est aussi l’un des éléments clés. C’est de pouvoir accompagner les personnes en situation de handicap dans la réalisation de leurs projets, et là l’assureur a un rôle à jouer, il le joue déjà chez BNP Paribas Cardif, il se passe déjà beaucoup de choses et l’idée serait que ces bénéfices permettent d’aller encore plus loin et plus vite.

Emmanuelle : Et puis dans les prochaines étapes, on aimerait être reconnus comme des vrais apporteurs de solutions. Le gouvernement est très actif sur le sujet du handicap et c’est tant mieux, ils ont typiquement lancé “ Mon Parcours Handicap”. Si demain on pouvait rejoindre ce hub et apporter Tangata comme une solution qui vient compléter l’offre actuelle, on serait juste ravis.

Eloi : Merci beaucoup Mesdames, merci de nous avoir réunis ici. Ça n’est que le début de cette journée.

Emmanuelle : Merci d’animer cette journée et j’espère qu’on va tous apprendre plein de choses.

Eloi : On va regarder pour terminer une vidéo que Sylvain Paillette nous a envoyée. Sylvain Paillette est délégué général d’Hagil et Jaccede mais c’est aussi un spécialiste de la stratégie digitale au service ou déployé dans le cadre des politiques handicap des entreprises. 

[Transition]

Sylvain : Bonjour à toutes et tous, je suis ravi de vous retrouver dans le cadre du lancement de la plateforme Tangata Emploi. Je m’appelle Sylvain Paillette, je suis le président fondateur du cabinet Hagil qui accompagne les employeurs publics et privés sur leur politique handicap. Nous couvrons l’ensemble des champs qui concernent la politique handicap, que ce soit le recrutement, le maintien dans l’emploi, la formation en étant un organisme de formation. Je suis également délégué général de Jaccede, c’est dans ce cadre que j’ai rencontré Tangata à travers son offre d’accompagnement sur l’accès aux loisirs, et nous avons naturellement échangés sur la création de cette plateforme Tangata Emploi pour permettre de répondre à des besoins d’entreprise et de mission handicap. Je souhaite tous mes voeux de réussite à cette nouvelle plateforme Tangata Emploi qui va permettre à des personnes en charge de la mission handicap, des partenaires de la mission handicap et des acteurs en interne de pouvoir identifier des prestataires qui sont déjà référencés et qui ont fait l’objet d’une qualification et de recommandations d’autres pairs suites à des missions effectuées, ce qui va permettre de gagner un temps important sur le choix de prestataires ou la recommandation ou en tout cas la recherche d’expertise spécifique par rapport à des besoins. 

Accompagner les entreprises sur ces points est fondamental, et de différentes manières, il n’y a pas une seule réponse à l’accompagnement d’une politique handicap. Il y en a diverses qui peuvent être proposées par différents acteurs avec leurs points forts et leurs points faibles. En tout cas, c’est pouvoir permettre à ces acteurs qui animent cette mission au quotidien d’accompagner les collaborateurs, d’accompagner les managers, d’accompagner l’ensemble des acteurs de la politique handicap, de pouvoir trouver le prestataire ou le partenaire qui va leur permettre d’atteindre les objectifs et les ambitions qu’ils se sont fixés à travers différents moyens. Et toujours avoir le choix permet de diversifier des modalités de communication, des modalités d’accompagnement pour être encore plus impactant.